Argentine, les 500 bébés volés de la dictature

Description

Elles s’appellent Rosa, Estela, Chicha, Elsa, Chela ou Jorgelina. Toutes sont des femmes ordinaires que rien ne prédestinait à devenir extraordinaires ; rien, sauf peut-être les aléas de l’Histoire. Ensemble et pendant trente-cinq longues années, elles vont se battre inlassablement contre l’appareil d’État, parcourir le monde pour faire connaître leur cause et réussir à obtenir de l’aide de grands scientifiques.

Ces mères de famille anonymes, devenues malgré elles des symboles de la lutte contre l’oppression, se sont fait connaître dans le monde entier comme les Grands-mères de la Place de Mai. En 1976, un coup d’État militaire renverse le gouvernement en Argentine. S’ensuivent huit années d’une terrible répression contre les opposants au régime. Cadres politiques, étudiants, ouvriers… sont séquestrés, torturés, assassinés en toute impunité. On estime ainsi à 30 000 le nombre de disparus durant ces années noires.

Cinq cents nouveau-nés ont ainsi été arrachés des bras de leurs mères par des tortionnaires qui se les sont appropriés. Pour retrouver cent sept de ces enfants, les Grands-mères de la Place de Mai ont non seulement défié le pouvoir totalitaire mais aussi eu recours à la science génétique, qu’elles ont contribué à faire avancer.

Argentine, les 500 bébés volés de la dictature

Événements

Session de visionnage